Portrait d'Aurélie Rivierez

Le 17 mars 2021

La Fondation pour l’Université de Lyon vous invite à découvrir l’interview d’Aurélie Rivierez, alumni de la promotion 2018-2019 de la formation « Chef de projet plastronique » et actuellement à la recherche d’un emploi dans les secteurs de la recherche et de l’innovation.

Quel a été votre parcours suite à votre formation « Chef de projet plastronique » ?

Suite à ma formation plastronique, j’ai réalisé un stage pluridisciplinaire dans l’entreprise d’aéronautique Thales Avionics. Le sujet n’était pas orienté plastronique mais faisait indirectement appel à des compétences que j’avais pu approfondir durant la formation comme la capacité à travailler sur des projets pluridisciplinaires, le prototypage rapide ainsi que le design centré utilisateur.

Par la suite, j’ai pu obtenir un premier emploi chez Renault Trucks en tant qu’ingénieur d’étude. Mes projets tournaient principalement autour de la mécatronique, l’un d’entre eux portait sur de la plastronique. Sur ce dernier, j’étais accompagnée d’ingénieurs seniors spécialisés en mécanique/plasturgie et électronique. Le polylinguisme technique développé durant le parcours plastronique prenait alors tout son sens.

Après quelques mois, je me suis rendue compte que ce qui me plaisait le plus était la recherche et l’innovation. J’ai donc intégré la start-up lyonnaise You’Up (by Innovant Meeting) en tant qu’ingénieur innovation. Malheureusement, mon contrat au sein de cette structure a pris fin au mois de mars en raison de la crise sanitaire et économique.

Je suis donc de nouveau à l’écoute d’opportunités dans ce domaine.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre dernière expérience professionnelle ?

Yoo’Up (by Innovant Meeting) est à la fois une marque et un bureau d’études pluridisciplinaire spécialisé dans le mobilier connecté pour écrans interactifs et télévisions grands formats. Ma mission au sein de cette entreprise consistait à piloter un projet d’intrapreneuriat visant à créer un incubateur technologique pour accompagner le développement de projets mécaniques, électroniques, mécatroniques et plastroniques.

En tant qu’intrapreneuse, je devais être capable de jongler avec différentes casquettes afin de mener à bien mon projet : études techniques, marketing, recrutement, ateliers de créativités, prospection client, recherche de partenaires, etc. Chaque journée de travail était différente.

Quels sont vos nouveaux projets professionels ?

Mes expériences m’ont confirmé mon intérêt pour les projets pluridisciplinaires possédant une forte dimension créative voire atypiques. Du point de vue technologique, je suis particulièrement intéressée par tout ce qui touche aux interactions homme-machine, aux systèmes automatisés et/ou embarqués, au prototypage rapide et à la récupération d’énergie. Il ne s’agit là que d’une liste non exhaustive car je suis de nature très curieuse et je compte orienter ma recherche d’emploi vers un champ assez large de secteurs. À long terme, mon souhait serait de pouvoir évoluer sur des postes impliquant de la gestion d’équipe, du management de projets d’innovation et du développement centré utilisateurs.

Maintenant qu’un peu de temps a passé, que retiendriez-vous de la formation « Chef de projet plastronique » ?

Je pense que la formation plastronique est idéale pour les étudiants dotés d’une grande curiosité technique, ceux qui aiment travailler en équipe et expérimenter. Plus généralement, je dirais qu’elle est idéale pour ceux qui aiment entreprendre.

À l’origine, elle m’a attirée pour son côté novateur, l’aspect pluridisciplinaire des projets ainsi que leur dimension pratique, notamment en ce qui concerne les techniques de prototypage rapide. J’y ai finalement trouvé tout cela ajouté à une bonne dose de travail en équipe, de flexibilité et de multiples opportunités d’innover.

Ce que je retiendrais de la formation est la culture du « test and learn » et le fait que rien n’est plus puissant que l’intelligence collective.

Quel conseil donneriez-vous aux étudiants de la promotion 2020-2021 ?

Soyez proactifs ! La formation vous offre les connaissances, les outils, le réseau. À vous d’en faire quelque chose de beau.